Univers 44 - 64 - 1
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Spiff le Spationaute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Spiff le Spationaute   Dim 22 Oct 2006 - 22:28

Episode 1.

Le vent sec raclait telle une grande varlope les dunes de sables du désert de Syharhalna. Les tourbillons soulevaient le sable des dunes pour le reposer des centaines de mètres plus loin, de telle sorte qu'à chaque clignement d'oeil, le paysage était différent. Pas un buisson, pas un arbre, pas une âme. Seul le bruit du vent, le souffle, la complainte morbide qui sifflait dans l'immensité désertique.

Les hybrides formaient une colonne qui se déplaçait péniblement mais inexorablement au sommet d'une dune. Ils étaient neuf. Le premier dépassait tous les autres d'un mètre. Sa carrure était si imposante, ses épaules si larges, que toute la colonne disparaissait derrière lui lorsqu'on le regardait de face. Il ouvrait la marche suivi par sept créatures. Elles étaient toutes aussi maigres les unes que les autres. Si ce n'était la couleur de leurs yeux, rien ne pouvait les différencier. Courbées vers l'avant, les bras effleurant le sable chaud, elles avançaient en trottinant afin de suivre le géant. Fermant la marche, un petit être, aux cheveux blonds hirsutes, les yeux cachés derrière un masque noir, habillé avec une combinaison bleue et verte, suivait la cadence difficilement. Ses mains étaient attachées dans son dos. Une corde lui serrait le cou. Elle était retenue par l'hybride situé devant lui. Il ne pouvait ni crier, ni tenter de s'enfuir. Parfois même il lui était difficile de respirer. Il tombait alors au sol. Ne se souciant pas du sort de leur prisonnier, ses tortionnaires le laissaient glisser sur le sable brûlant.



Lorsque sa frêle carlingue s'abîma sur cette planète, Spiff Le Spationaute crut mourir. Son jour n'était pourtant pas arrivé. Visiblement, la mort n'arrivait pas si facilement, il fallait la mériter, souffrir. Sorti des débris et du sable qui commençait à envahir le cockpit du vaisseau, l'explorateur s'assit un peu plus loin, face à la navette qui disparaissait sous le sable. Il était coincé là. Que faire? Où aller? Que va-t-il trouver? Les questions se suivaient sans réponse dans sa tête. Résigné, il se releva et marcha, longtemps, jusqu'à ce que le soleil, le vent, le sable, la fatigue, la faim et surtout la soif eurent raison de son courage et de sa volonté. Il s'écroula inconscient puis son corps roula au pied d'une dune. La fin...

"Bip Huykurtipr Juiryzurti Bip"
"Bip Kpytirgupy Guipyrtsfuip Bip"

Ce sont les mots qui le sortirent de son état. Ses yeux lui faisaient mal. La lumière aveuglante pénétrait sa pupille et agressait sa rétine telle un poignard entrant progressivement dans une chair tendre... Il distinguait à peine les formes étranges qui l'entouraient. Celles-ci s'activaient avec une telle frénésie que Spiff Le Spationaute en avait le tournis. Aussi soudainement qu'il avait retrouvé ses esprits, il s'évanouit de nouveau après avoir ressenti une violente douleur derrière le crâne. Quand il se réveilla, il était attaché et se faisait traîner par les mêmes créatures qui avaient tourmenté son premier réveil.


Dernière édition par le Jeu 31 Jan 2008 - 17:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Lun 23 Oct 2006 - 1:29

Episode 2.

La dune qui se situait devant eux s'élevait telle un rempart. Quelle forteresse protégeait-elle? Le géant donna ses ordres et la troupe accéléra le pas afin d'atteindre son sommet. Une fois là-haut, la vue s'étendait sur des kilomètres. Le fond de la vallée était occupé par un lac de sel. Tout autour, du sable à perte de vue. Sur les bords du lac se dressait une tour. Elle était l'unique élément qui attestait la présence de l'homme ou de quelques formes de vie. La descente fut rapide et l'explorateur renonça à courir, ses petites jambes ne pouvant suivre le rythme de la course. Il se laissa traîner jusqu'au pied de cette tour. Il se rendit compte qu'il s'agissait plutôt d'une cheminée. Cela supposait donc un foyer ou une base à sa présence ici. Le géant souleva une trappe et s'engouffra à l'intérieur suivi par les sept hybrides et Spiff.

L'endroit était bruyant. Au bruit des machines se joignaient les paroles des créatures qui peuplaient le lieu. Ils empruntèrent de nombreux couloirs avant de déboucher sur une salle ronde au plafond haut et rayonnant. A chaque rencontre, Spiff se sentait observé comme une bête de foire, lui qui pensait que c'était eux qui étaient différents.

"Bip tuirzymut vurunidyfui guyquiquiduy Bip, lança le Géant en direction du trône situé au centre de la pièce.
- Approchez" répondit la personne assise.

Spiff fut surpris. Depuis son atterrissage forcé, il n'avait rien vu ni entendu de familier. On le conduisit devant le trône.
"Visiblement, mes sujets ne vous ont pas ménagé! Pardonnez leur brutalité, ce ne sont que des machines.
- Excusez mon désarroi, mais je ne comprends pas, répondit Spiff.
- Je me doute de votre surprise mais n'ayez crainte il ne vous sera fait aucun mal."

D'un geste de la tête, il ordonna que l'on détache les liens qui retenaient l'explorateur. Il se passa les mains sur les poignets ainsi que sur le cou.
"J'aimerai que l'on m'explique! dit Spiff d'un ton sec.
- C'est votre droit et je vous donnerai toutes les explications que vous voudrez.
- Qui êtes vous?
- Je me nomme Moé.
- Qui sont ces gen... ces person... ces machi... comment dois-je appeler ça? en désignant un des hybrides qui l'avait capturé.
- Ce sont des robots, des machines doués d'intelligence. Bien entendu celle-ci est limitée afin que je puisse les commander.
- Je suis perdu. Pourquoi tout ça?
- Vous savez, je m'attendais à l'arrivée de quelqu'un sur notre planète. C'était inéluctable. Que ce soit volontaire ou pas, que ce soit vous ou quelqu'un d'autre, cela devait arriver. Depuis que j'ai trouvé ce laboratoire, je n'ai plus rencontré de mes semblables. Vous êtes le premier... depuis longtemps."

Moé se lança dans une longue explication. Sans doute l'avait-il préparé depuis longtemps.
Moé Spencer était un homme d'une quarantaine d'année. Sur cette planète, les années étaient plus courtes que sur la Terre; il était donc jeune.
Il portait un T-shirt noir. Sa tête était anormalement grosse par rapport au reste de son corps. Son nez occupait une bonne partie de son faciès et ses cheveux bruns cachaient ses yeux.



A son arrivée, il a erré dans ce désert avant de découvrir cette cheminée. La trappe par laquelle était entré le géant était alors entrouverte. Il découvrit le laboratoire. Vide. Pas âmes qui vivent. Les ordinateurs et les matériaux de pointe étaient les seuls vestiges d'une civilisation qui n'était plus. Il avait d'abord eu peur. Si les gens qui vivaient là ont quitté les lieux dans la précipitation, c'est certainement pour fuir une menace. Et rien n'assurait que cette menace ne réapparaisse un jour. Mais il était seul et c'était à des kilomètres le seul endroit hospitalier qui permettait de vivre. Lors de ses recherches, il découvrit des vivres et de quoi en produire. Il mit du temps avant de connaître tout le laboratoire auquel il donna le nom d'Inuka. Il était convaincu que la civilisation qui avait construit ça était douée d'une intelligence inouïe. Il avait découvert une salle immense, au sixième sous-sol, où était entreposées des centaines de robots comme ceux qui avaient capturé Spiff. Il y en avait de toutes les tailles en quantités différentes. Tous étaient reliés à une unité centrale, sur laquelle un énorme bouton-poussoir clignotait. Au-dessus, il y avait cette indication: "Appuyer ici". Il enclencha le mécanisme. Tous les robots se mirent en marche; les uns à gauche, les autres à droite. Ils se mirent en mouvement et visiblement, chacun avait un but. Les plus grands commandaient aux moins grands qui commandaient aux plus petits... C'était une hiérarchie bien définie. Rangée dans un tiroir sous le bouton, Moé découvrit une note: "Le déclencheur du bouton aura le pouvoir de commander la machine: ces murs sont ça demeure. Commandez et ils obéissent. Vous êtes le Maître." Depuis, Moé se faisait appeler Maître Moé. Ces sujets étaient ces hybrides. Le laboratoire reprenait vie.

"Voilà. Je ne pouvais me présenter à vous en me nommant Maître Moé. Cela fait prétentieux. Mais avouez que cela a de la classe. Je gouverne ainsi le monde des machines, Inuka. Suis-je bête, je me suis présenté, mais à qui ai-je l'honneur? Vous êtes un invité de marque.
- Je me prénomme Spiff... Spiff le Spationaute, pour vous servir "Maître Moé", dit-il en insistant sur la fin de la phrase avant d'esquisser un léger sourire.
- Nous sommes ravi de vous voir parmi nous. Votre atterrissage, enfin si on peut appeler ça un atterris...
- Vous avez dit "nous"? dit Spiff, coupant du coup la parole à Moé. Vous n'êtes pas assez prétentieux pour vous nommer Maître Moé, mais vous parlez de vous à la première personne du pluriel? Ou alors vous m'avez menti quand vous avez dit que j'étais le premier?
- C'est à dire que... Arf, c'est compliqué. Vous êtes le premier depuis longtemps. C'est vrai... Mais...
- Il y a quelqu'un d'autre, vous n'êtes pas seul au milieu de ces machines.
- Ou quelques uns...

"Clac Clac Clac Clac Clac". Le bruit interrompit la conversation. Moé et Spiff se retournèrent vers l'entrée de la salle. Une forme longiligne, de taille moyenne, à la chevelure longue et soyeuse s'avançait vers eux.


Dernière édition par le Jeu 31 Jan 2008 - 17:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
baoua
Apprenti floodeur
Apprenti floodeur


Nombre de messages : 672
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Lun 23 Oct 2006 - 12:18

excellent cheers cheers cheers

vite la suite bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Lun 23 Oct 2006 - 12:25

Episode 3.

Elle s'avança tranquillement, faisant claquer ses talons sur le carrelage bleu de la salle. Moé esquissa un sourire et fit un hochement de tête en signe de salutation. Spiff, lui, resta muet. La beauté de la personne devant lui lui coupait le souffle. Sa tenue efféminée ne laissait rien paraître de son appartenance à la gente masculine. La finesse des traits de son visage, la maigreur des ses bras, l'absence de pilosité, tout portait à croire qu'il s'agissait d'une femme. Il portait une combinaison grise argentée qui moulait son corps.

"Enchanté, fit-il d'une voie grave.
- Comment vas-tu, Albin, lui dit Moé.
- Plutôt bien malgré un réveil difficile... Il est quelle heure?
- 14 heures, pour un réveil tu bats tous les records!
- Il fallait que je me fasse belle.
Tous deux éclatèrent de rire.
Spiff était stupéfait. Albin, un autre "homme". Déjà il avait du mal à comprendre sa présence ici. Il le fixa d'un regard profond comme pour sonder l'âme de cette déesse de beauté masculine.
"Je me nomme Albin", en tendant une main blanche et belle vers l'explorateur.
Spiff ne savait pas s'il devait procéder à un baise-main ou s'il devait la serrer. Finalement il prit la main et la pressa doucement.
"Spiff le Spationaute. Vous êtes le deuxième homme sur cette Terre alors...
- Pas tout à fait, nous sommes plus nombreux, mais certains ne se montrent guère lorsque le laboratoire est ainsi agité.
- Agité?
- Vous nous avez mis une sacrée pagaille. Depuis que vous vous êtes écrasé, tous vivaient dans la peur de voir quelques monstres débarquer pour tuer, piller et violer nos femmes. La menace qui a fait fuir la précédente civilisation plane toujours. Mais nous sommes rassurés de vous voir en vie.
- Des femmes? Combien êtes vous au juste?
- Une petite communauté qui...
- Vous le saurez bien assez tôt, interrompit Moé. Allons mangez. Le repas va être servi. Vous aurez ainsi tout le loisir de faire connaissance avec nos semblables.

Une sorte de véhicule sans roue arriva devant eux. Il s'agissait d'une plaque sur laquelle étaient fixés quatre sièges se faisant face. Aucun chauffeur. Une fois installés, le véhicule qui lévitait à cinquante centimètres du sol se mit en marche doucement. La vitesse était relativement lente, bien plus lente que celle à laquelle était habitué Spiff lors de ses explorations. Ici, il aurait été plus vite en courant. Une dizaine de minutes plus tard, ils arrivèrent dans une sphère. La table occupait le centre de la sphère de telle façon qu'il n'y avait que du vide autour. Sur les parois étaient projetées des images d'une nature luxuriante, rappelant les jardins suspendus de Babylone. Il y avait vingt chaises en forme d'oeuf. La table était ronde et très large, de telle sorte que les convives qui se faisaient face étaient distants d'au moins cinq mètres. Il ne restait que trois fauteuils de libre, les uns à côté des autres. Tout le monde semblait présent.

Spiff, à qui rien n'échappait, se méfia de toute cette histoire. D'abord, parce qu'on l'avait frappé à peine arrivé. Ensuite parce que Moé lui avait caché qu'ils étaient plusieurs humains à vivre à Inuka. Et maintenant, il constatait qu'une place lui était réservée, alors que lui-même ne pouvait savoir qu'il se serait abîmé sur cette planète. Il ne s'agissait nullement d'une place ajoutée. Depuis son arrivée, il avait constaté que rien n'était laissé au hasard, tout était ordonné, rangé. Il en était de même pour cette place. Visiblement ces gens l'attendaient. Il se souvint alors des paroles de Moé: "Vous savez, je m'attendais à l'arrivée de quelqu'un sur notre planète. C'était indubitable. Que ce soit volontaire ou pas, que ce soit vous ou quelqu'un d'autre, cela devait arriver".

Toutes les personnes autour de la table se levèrent en signe de profond respect. Ils l'attendaient, maintenant il le savait. Il n'était pas là du fait du hasard. Ces gens avaient connaissance de sa venue. Sa respiration devint plus difficile. L'angoisse le surpris et il resta figé devant cette assemblée. Cela ne dura que quelques secondes, mais pour lui, il s'agissait d'une éternité. Sans comprendre pourquoi, il ne répondit pas aux signes de salutations des convives et alla s'asseoir sans dire un mot, à la place qui lui était assignée.


Dernière édition par le Jeu 31 Jan 2008 - 17:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Lun 23 Oct 2006 - 20:50

Episode 4.

La table regorgeait de victuailles. Il y avait des viandes blanches et rouges, de la volaille, du poisson, des fruits de mer, des fruits, des légumes, des fromages, des sauces, du pain, du vin... Ils n'étaient que vingt mais jamais ils ne seraient venu à bout de tant de nourriture. "Du gâchis, se disait Spiff, et dire que là d'où je viens les gens meurent de faim..."

Personne n'osait prendre la parole ni toucher à la nourriture. L'assemblée attendait semble-t-il quelques bonnes paroles du nouvel arrivant. Tous regardaient Spiff, enfoncé dans son fauteuil. Que dire? Il était risquer d'exprimer le fond de sa pensée d'autant qu'il ne connaissait personne exceptés Moé et Albin. Mais si il ne disait rien, les convives pourraient prendre ça pour de la provocation.

Il dévisagea longuement chaque hôte. Lentement il se mit debout. Pour paraître plus grand, il se dressa sur son fauteuil. Un silence pesant régnait dans la sphère. On aurait dit que tous retenaient leur respiration jusqu'aux premiers mots de Spiff. L'explorateur se racla le fond de la gorge, toussa dans son poing, saisit un verre et prit une grande bouffée d'air.

"Je me présente pour ceux qui ne me connaissent pas, commença-t-il en désignant d'un geste du bras l'assemblée devant lui. Je me nomme Spiff le Spationaute, explorateur de l'espace."
Il marqua un temps d'arrêt.
"J'ai quitté mon monde afin de trouver les moyens de résoudre les problèmes qui gangrènent ma planète, la Terre. Je fais parti d'une mission de sauvetage qui se composait de 9 vaisseaux. Peu de temps après notre départ, nous avions tous perdu le contact avec SO78, la base de lancement. Très vite nous allions également le perdre entre nous. Désormais chacun était isolé dans un espace inconnu. J'ai visité de nombreuses planètes, toutes plus hostiles les unes que les autres. Jamais je n'ai semblé voir le bout du tunnel, mon graal. Puis il y a quelques jours, aux abords d'un astre rouge, j'ai été pris en chasse par quelques vaisseaux, plus rapides et plus armés que moi. Touché, ils m'ont laissé pour mort flottant dans cet espace. Votre planète dont je ne connais pas le nom...
- Planeta Ocre, dit une petite voie. Elle s'appelle Planeta Ocre.
- Merci, répondit Spiff en détournant le regard vers la petite fille qui l'avait interrompu. Votre planète donc, Planeta Ocre, a du capter mon vaisseau, la gravité de votre planète plus précisément. C'est pour cela que je n'ai rien pu faire. L'accident était inévitable. J'ai essayé tant bien que mal de ralentir ma chute, en vain. Je suis vivant et c'est l'essentiel. Vous, ou vos sujets m'ont recueilli sur le sable, de façon assez brutale je dois l'admettre.
Et me voici parmi vous, devant vous, devant cette table. Je ne comprends pas tout ce qui m'arrive. Et je préfère être prudent."

Sur ces mots, un murmure se fit entendre. Les gens ne comprenaient pas cette prudence que prônait l'explorateur. Qu'avait-il à craindre?

"Ne vous méprenez pas. Je vous dois la vie. Mais je ne connais rien de vous. Acceptez mes excuses pour paraître aussi peu reconnaissant. J'apprendrai à vous faire confiance.
- Regrette-tu notre geste? dit Moé.
- Nous aurions pu te laisser dans le sable. Lorsque nous avons vu ton vaisseau en perdition, nous avons envoyé une équipe, sans savoir si tu étais ami ou ennemi, poursuivit Albin.
- Je ne regrette en rien votre geste. Non. Ce que je regrette c'est d'avoir quitter les miens. Dans cette misère. Notre commandement nous a persuadé que pour sauver la Terre, il fallait partir, chercher ailleurs les solutions qu'on n'avait pas en notre possession. Aujourd'hui j'en doute. Nos semblables mouraient de faim à notre départ. L'eau potable était quasi inexistante depuis la grande vague de pollution. Toutes les maladies décimaient les populations à une vitesse inouïe. Les seuls qui jouissaient de la santé étaient le Conseil. Ils se nommaient les précieux. Ce sont eux qui nous ont envoyé dans l'espace. Leur train de vie était une honte au regard des mourants. Et moi je les ai cru. Voilà mon malheur. Alors non je ne regrette pas votre geste, je ne regrette pas d'être en vie. Plus que jamais je veux rejoindre les miens, pour les aider. Ce que je vous demande, c'est juste du temps."

Sur ces mots, il se rassit et baissa la tête. Sa respiration était rapide et les convives sentaient l'énervement qui bouillonnait en lui. "Cling!" Un filet de sang coula sur le bord de la table. Spiff ouvrit la main et laissa tomber les morceaux de verre rougis. Quelques personnes le regardaient les yeux chargés d'humidité. Albin s'approcha, un mouchoir à la main. Il nettoya la plaie. Spiff le regarda et sourit.
"Merci" dit-il en balbutiant.

Après un long moment, Moé se dressa et prit la parole.
"La vie est parfois faite de peines mais aussi de bons moments." Il se tourna vers Spiff. "Rappelle-toi toujours ceci: il n'y a rien, absolument rien au-dessus de ta vie. Elle est la seule chose qui doit compter pour toi car elle est le seul bien qui t'appartient vraiment. Nous t'avons sauvé. Profite aujourd'hui. Réalise tes rêves et si ceux-ci te ramènent chez toi, alors tu sera le plus heureux des hommes." De nouveau devant l'assemblée il reprit "Mes chers confrères je souhaite au nom de tous la bienvenue officielle à notre explorateur. Bon appétit".

Le repas fut long et ponctué de multiples discussions. Spiff ne mangea pas grand chose et se tut. Le coeur n'y était pas. Sa famille, sa planète lui manquait. A la fin du festin, la coutume exigeait de chacun qu'il se repose. Albin conduisit le Spationaute dans une pièce ronde au centre de laquelle s'amassait une quantité phénoménale de coussins. Les bougies diffusaient une lumière douce propice au sommeil.
"Voici ta chambre.
Spiff répondit d'un hochement de tête.
- Tu verras, après une heure ou deux de sommeil, tout ira mieux. On a tous nos regrets et nos solitudes. Si tu as un problème, tu peux te confier.
- Merci mais je voudrais être seul."
Albin disposa.

Spiff ne trouva pas le sommeil très vite. Des flashs de sa vie passée venaient bouleverser ses sentiments. Pourquoi? Pourquoi? Mais aucune réponse ne le satisfaisait. Il finit par s'endormir au milieu des coussins, sans doute aider par la fatigue qu'une telle journée occasionnait. Quand il se réveilla, Spiff eut l'impression d'avoir dormi des jours, des semaines entières. Ses yeux étaient secs et seules les auréoles sur les oreillers trahissaient ses pleurs. Il se sentait bien, plein de vie. Il mit du temps avant de se lever. Alors qu'il s'étirait, Moé et Albin entrèrent sans frapper dans la pièce. Visiblement, tous deux avaient l'air excités.
- Bonsoir!
- Bonsoir!
- Bonsoir? fit Spiff surpris.
- Et bien oui bonsoir. Il est presque 21 heures. Tu ne pensais tout de même pas dormir jusqu'à demain matin?
- C'est à dire que... je pensais que...
- Tu ne peux pas rester là, lui dit Albin, tu vas rater le spectacle.
- Le spectacle?
- Je ne t'en dis pas plus, il faut garder l'effet de surprise.
- Tu sais dit Moé, vivre dans un laboratoire sous terre, ce n'est pas évident. Notre planète est sèche et chaude, presque invivable. Mais rien que pour ça...

[Suite: Coming soon]

PS: la phrase soulignée est une citation de Yasmina Khadra extraite du livre "A quoi rêvent les Loups" paru en 1999.


Dernière édition par le Ven 1 Fév 2008 - 14:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
tucker
Apprenti floodeur
Apprenti floodeur


Nombre de messages : 692
Age : 25
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 8 Mar 2007 - 16:51

j'ai mis du temps a venir ici et a lire ca mais ... Neutral n'y a t'il pas de suite?
Revenir en haut Aller en bas
Altharian
Faites le taire !
Faites le taire !


Alliance : CO Nombre de messages : 13623
Age : 24
Localisation : [...]
Date d'inscription : 26/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 8 Mar 2007 - 17:03

Il ne vient plus. Ou passe parfois.
Revenir en haut Aller en bas
http://co-u44.forum2jeux.com/portal.forum
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Ven 9 Mar 2007 - 17:30

Je suis passé...
Et j'envisage une suite, pourquoi pas...
Revenir en haut Aller en bas
tucker
Apprenti floodeur
Apprenti floodeur


Nombre de messages : 692
Age : 25
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Ven 9 Mar 2007 - 17:43

cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Radaghal
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2663
Age : 24
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Ven 9 Mar 2007 - 17:52

Tien , Calvin !
Ca va ?
Revenir en haut Aller en bas
nano0618



Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Dim 11 Mar 2007 - 20:24

vous avez de la chance !!! un artiste dans votre alliance !!!
Revenir en haut Aller en bas
Radaghal
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2663
Age : 24
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Dim 11 Mar 2007 - 21:26

On en a plus d'un , lis ceux plus bas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Luciana
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 4850
Age : 46
Localisation : Avon-Fontainebleau ( 77 )
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Dim 11 Mar 2007 - 21:52

Très sympa le passage de Calvin Very Happy . J'espère que tu vas bien et que tes projets se réalisent selon tes souhaits Wink .

_________________
Mineur ascétique
" Il faut laisser du temps au temps "

Top 25 mineur retraité            Top 25 ( x 12 F -> X 8 ) en cours

Univers 63 : top 20 mineur _G_ ( 9 éco ) -> top 300 uni 66 ! MV

Pegasus : B.B top 500, zéro défense MV

    Comptes garantis 0 €
Revenir en haut Aller en bas
http://glygln.free.fr/odetax/et.html
tucker
Apprenti floodeur
Apprenti floodeur


Nombre de messages : 692
Age : 25
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Mer 16 Mai 2007 - 14:53

bah alors elle est tjr pas là la suite? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Mar 22 Mai 2007 - 20:32

Elle est écrite, à la main, il faut que je la tape...
Mais avec mes soucis de connection... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Karandras
Visiteur occasionnel
Visiteur occasionnel


Nombre de messages : 129
Age : 39
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Mar 22 Mai 2007 - 22:37

lol! la feinte
Je trépigne d'impatience de découvrir la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 31 Mai 2007 - 15:48

Bon encore un soucis...
Je ne trouve plus la suite...

Mad

Je vais devoir la refaire...

:65:
Revenir en haut Aller en bas
Lukkas
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 4032
Age : 28
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 31 Mai 2007 - 15:56

Razz
Boulet.
Revenir en haut Aller en bas
Le Nain B-Cil
Floodeur à temps plein
Floodeur à temps plein


Nombre de messages : 2070
Age : 46
Localisation : Au fond, tout au fond....
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 31 Mai 2007 - 16:05

Pas de chance :116:

Bon allez ... pour dans 1 heure ça ira, mais n'y revenez plus.... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Mer 13 Juin 2007 - 10:22

Episode 5.

Spiff se leva. Qu’y avait-il de si surprenant ? Depuis son arrivée, notre spationaute était passé par tous les stades émotionnels de la vie : la peur, la surprise, la colère, la tristesse… Seul le bonheur manquait à ce tableau. L’attitude de Moé et d’Albin l’inquiétait. Celle de Moé surtout. Autant était-il calme et serein le matin, autant ce soir, l’excitation le transportait littéralement :

« Allez dépêchons-nous ».

En sortant de la pièce, Spiff se fit bousculer.

« Pardon, lui dit l’inconnu, accompagnant sa parole d’un geste de la main.
- Qu’est ce qui se passe ? répondit notre héro en dévisageant du regard l’homme qui courait.
- Ne fais pas attention, le calma Moé. Le laboratoire prend vie… »

Ils se dirigèrent vers un long couloir qui montait en pente douce. Du fond de ce couloir semblait venir une clameur, comme si une foule immense se réunissait pour assister à l’évènement, ce spectacle tant attendu et qui rendait Moé si impatient. Ce dernier pressait le pas suivi de prêt par Albin qui faisait claqué ses talons sur le marbre du sol. Spiff courait en petites foulées pour suivre le rythme. Très vite ils arrivèrent face à une double porte gigantesque. Les tenants représentaient deux hybrides prosternés. La marée humaine présente devant l’édifice était considérable. Spiff n’imaginait pas tant de monde, tant de vie dans Inuka. Quel brouhaha ! Après tout ce temps dans l’espace, seul, après toutes ces mésaventures, le spationaute ressentait à nouveau la chaleur humaine, celle-là même qu’il a quitté pour la sauver : bien-être et nostalgie, voilà ses émotions.

La foule laissa passé Moé et ses suivants. Dans leur progression, plusieurs personnes se joignirent à eux. Spiff en reconnut quelques uns : il s’agissait des convives présents autour de la table. Les vingt arrivèrent ensemble devant la porte. Moé monta sur une petite estrade, regarda la foule qui se tut lorsque celui-ci leva la main.

« Chers amis, comme chaque année, il est venu le jour de Sasia. Ce jour que nous attendons tous ! Car il symbolise non seulement notre renouveau, ici, sur Planeta Ocre. Mais surtout notre courage et notre volonté à survivre face aux malheurs. Rappelons nous d’où nous venons. Cette planète aux apparences hostiles n’est pas une destination choisie. Non. Elle est pour chacun de nous un asile. Et aujourd’hui, il est venu le temps de célébrer celle qui nous protège, celle qui nous couve en son sein comme la mère que nous avons perdue : Sasia Samaris, déesse du sable et reine en ces lieux. Mes amis, place au spectacle ! »

Sur ces derniers mots, la foule se mit à hurler. Un bruit sourd se fit entendre derrière Spiff. Les deux immenses battants de la porte s’ouvrirent. Une lumière blanche inonda le hall. Dans un réflexe commun, tous portèrent leur bras sur leurs yeux. Seul le spationaute resta immobile devant le spectacle, stupéfait. La porte donnait accès à un espace immense sous le lac de sel. Au sol étaient disposées des centaines de chaises longues. Voilà donc le spectacle ou du moins le lieu où celui-ci allait se produire.

Dans une discipline toute relative, tout le monde alla s’installer. Chaque place était nominative ce qui facilitait grandement la mise en place. Il fallait croire que ce spectacle se répétait régulièrement tant les gens s’installaient instinctivement. Au centre, vingt chaises semblant bien plus confortables que les autres, étaient réservées au Maître et ses suivants.
Moé était placé entre Albin et Spiff. A droite du spationaute, une jeune fille vint s’asseoir.

« C’est pas beau d’interrompre les gens… fit Spiff à la fillette, un léger sourire en coin.
- C’était pour vous dire, répondit-elle en baissant la tête l’air triste.
- Je sais bien. Et je t’en remercie. »

Spiff posa sa main sous le menton de la fillette et lui releva la tête. Elle avait des yeux verrons, le visage fin et des cheveux bruns et bouclés. Le Spationaute l’avait tout de suite reconnue. Ils échangèrent un sourire amical avant que la jeune fille ne rajoute :

« Je m’appelle Léa. Je vais avoir 13 ans.
- Enchanté, mademoiselle. Moi c’est…
- Spiff, oui. Tout le monde sait monsieur.
- En effet, mon arrivée n’a pas passée inaperçue, dit l’aventurier comme s’il se parlait à lui –même.
- Tu vas voir, c’est joli.
- Je n’en doute pas. Tout le monde a l’air si excité. Et ma curiosit…
- Chut ! Ca va commencer.

L’assemblée se fit silencieuse. Tous regardaient le plafond de sel avec insistance. Après quelques minutes d’attente dans un silence religieux, les premières lueurs apparurent.
Un arc se dessina, teinté de vert, sur la voûte salée. Il était accompagné de rayons qui se déplaçaient lentement. Le spationaute observait avec attention. Il avait l’impression que toutes ces lueurs ressemblaient à un rideau ou une draperie agitée par la brise. Ce spectacle coloré et désordonné dura plusieurs minutes, accompagné des sursauts de quelques personnes qui visiblement n’en revenaient toujours pas, malgré l’habitude. Spiff se laissa entraîner par cette euphorie collective, une euphorie maîtrisée. Il avait envie de profiter du spectacle, d’oublier sa situation et d’avoir l’impression de revivre une nouvelle fois.

Subitement, les lueurs se déplacèrent de façon ordonnée. Progressivement, une silhouette apparut sur le plafond. Au bout de quelques minutes, tous pouvaient facilement distinguer une femme, portant une cape et une épée. Son corps était parfait. Son visage ne trahissait aucune émotion. Elle était majestueuse.

« Hihihi, tu peux fermer la bouche, dit la jeune fille à Spiff »

Spiff ne dit rien. Il admirait. Qui était-elle ? Quelle apparition ! Définitivement sous le charme, notre aventurier cherchait à comprendre.

« Sasia Samaris, déesse du sable et reine en ces lieux, lui souffla Moé. N’est elle pas magnifique ? Du ciel, elle nous protège.
- Magnifique, oui. Je n’ai jamais rien vu d’aussi… Je ne sais pas.
- Quand je suis arrivé, j’ai fouillé ce laboratoire. Je te l’ai déjà dit. Ce n’est que longtemps après, alors que je pensais connaître entièrement ces lieux, que j’ai découvert cette salle. Je suis resté aussi impressionné que toi devant les deux grandes portes. Il y avait dans cette salle tout ce que tu vois, à l’exception de ça, dit Moé en levant le doigt au ciel. Ne trouvant aucune explication, je me suis vite fais une raison. Il existe beaucoup de pièces ici dont nous ne connaissons pas encore l’utilité. Puis je me suis fait le protecteur des âmes perdues, accueillant les hommes et les femmes qui cherchaient un refuge et que rien ne destinait à venir sur cette planète… Parmi eux, il y avait Pouldru, Professeur Pouldru. Un homme admirable. Tu vas apprécié faire sa connaissance. Il est assis sur le quatrième fauteuil à gauche d’Albin. [Tous deux se levèrent et regardèrent dans cette direction] Enfin bref. Ce Pouldru donc m’a fait part d’une étrangeté qu’il avait repérée à son arrivée ici.
- Et ?
- Oh c’était une arrivée difficile. Une panne. Il s’est abîmé dans le sable, un peu comme…
- Pas son arrivée… Je parlais de cette étrangeté. C’était quoi ?
- Ah oui pardon. Je reprends. De là-haut, il a aperçu une silhouette dessinée sur la surface du lac de sel. Lorsqu’il a pénétré dans notre atmosphère, Pouldru s’est fait secoué par un orage magnétique. Son témoignage était surprenant. De son cockpit, il voyait des lueurs teintées de vert danser dans le ciel. C’est alors que je me suis souvenu de cette salle et de son plafond de sel. Malheureusement, quand nous y sommes arrivés, il n’y avait plus rien. Nous avons attendu, postant une personne en charge de la surveillance des manifestations lumineuses de cette salle. Au bout de quelques temps, nous avions oublié cette histoire. Mais un an après l’apparition de Pouldru, le phénomène se reproduisit. Et j’ai pu contempler de mes propres yeux celle qui porte désormais le nom de Sasia Samaris. T’en penses quoi ?
- Je trouve ton histoire fabuleuse.
- Non, je parle du nom : Sasia Samaris. C’est classe non ? Charmant, envoûtant et mystérieux. C’est de moi.
- Et y a-t-il une explication rationnelle ?
- Pouldru me l’a expliqué. C’est un professeur. Je te l’ai déjà dit ? [Spiff le regarda avec un air désabusé] Oui. Sous l’effet de l’orage magnétique, des lueurs se forment. C’est plus compliqué que ça, mais les noms trop savants je ne les retiens jamais. Il appelle cela une aurore polaire. Nous avons vérifié. Et à cet endroit, au dessus de notre tête, la couche de sel est suffisamment fine pour que la lumière passe à travers.
- Oui mais ceci n’explique pas l’apparition.
- Non c’est exact. Nous savons que la forme est pré dessiné sur le lac. Après il s’agit de réactions scientifiques que je ne saurais t’expliquer. En un sens cela arrange tout le monde. Ca permet de garder une part du mystère.
- Et depuis elle est votre déesse. Celle qui vous protège.
- Il faut croire que ça fonctionne. Nous vivons en paix.
- Et ceux qui étaient là avant ?
- Avant moi ?
- Oui. Il n’y a aucune raison pour que eux aussi n’aient pas remarqué cette salle et ce phénomène. Or quand tu es arrivé, le laboratoire était désert, abandonné. Elle a peut-être failli à son devoir. »

Moé jeta un regard douteux sur le spationaute. Il savait que Spiff n’avait pas tort. Mais il savait aussi que pour le bien de tous, il fallait éviter d’émettre de telles hypothèses.

« Je te prierai de ne plus ressasser le passé avant mon arrivée. Tu ne le connais pas mieux que moi. Les gens ne veulent pas savoir. Et c’est mieux ainsi. Oublions le. »

Spiff ne dit mot. Il détourna le regard et continua à fixer la voûte où la divinité posait, sobre, comme imperméable aux attentes de ces spectateurs. Enfin selon lui…


Dernière édition par le Jeu 31 Jan 2008 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tucker
Apprenti floodeur
Apprenti floodeur


Nombre de messages : 692
Age : 25
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 14 Juin 2007 - 21:07

ouaou super suite a quand la suite tongue
J'aprecie toujour autant tes RP!
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 14 Juin 2007 - 22:14

Ca vient ça vient... Razz
Revenir en haut Aller en bas
tucker
Apprenti floodeur
Apprenti floodeur


Nombre de messages : 692
Age : 25
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Ven 15 Juin 2007 - 1:28

cheers Laughing
Revenir en haut Aller en bas
calvin
Floodeur de compétition
Floodeur de compétition


Nombre de messages : 2790
Age : 34
Localisation : BZH, avec Me Capello à rédiger un précis de Langue Française.
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Jeu 31 Jan 2008 - 17:46

Episode 6 – L’incendie d’Ouaddaï.

Le soleil frappait fort comme à l’accoutumée. La petite maison aux murs blancs renvoyait une lumière éclatante, rendant encore plus insupportable la chaleur de midi. C’était une demeure singulière, comme on en trouvait souvent à Abidjan.

Les "Capitalisateurs" {néologisme terrien pour signifier des investisseurs peu scrupuleux} avaient depuis longtemps déjà re-colonisé l’Afrique. Depuis que le continent avait terminé sa transition démographique, le boom économique fut à la hauteur des attentes des investisseurs qui avaient déjà flairer le filon : une main d’œuvre disponible et bon marché, des ressources inexploitées, notamment un potentiel énergétique qui était la cause principale du déclin du leadership pétrolier du Moyen et Proche-Orient ainsi que de l’Empire du gaz russe. L’Afrique était désormais la plaque tournante de l’économie mondiale, encore pouvait-on parler d’économie "mondiale". Le continent était de nouveau exploité. Les anciens centres occidentaux avaient craqué, infligeant des dégâts non seulement économiques mais aussi sociaux. Les pays comme la France, l’Allemagne, l’Angleterre, Les Etats-Unis, … n’étaient plus que des fantômes. Le Nord avait basculé au Sud.

Certes, les "blancs" contrôlaient tout, à la manière de joueurs invétérés, perdus dans la folie des multiples machines à sous. Toutes ces richesses avaient fait tourner la tête de ces nouveaux colons qui finalement n’avaient pas su gérer ce nouveau virage humanitaire.
Les plus puissants s’étaient réunis entre eux afin de créer un nouvel ordre : le Conseil fut ainsi créé et regroupait ceux que l’on a nommé les Précieux. Ils vivaient dans l’opulence sans se soucier du désastre humain et écologique qui se préparait. Le brillant de l’or qu’ils avaient en main les avait éblouis. La surproduction fut une véritable catastrophe et malgré les avertissements et les signes avant-coureurs, eux n’ont pas bougé ; plus, toujours plus.

La catastrophe est survenue un mardi. La ville était en effervescence. 12H, les rues bondées, les marchés grouillant de chalands. Un mardi comme tant d’autres.
Puis plus rien. Un éclair suivi d’un bruit sourd. Personne ne comprenait. La stupéfaction avait fait place à un silence pesant. Seules les alarmes des magasins résonnaient dans les rues. Spiff depuis sa maison, savait que cet évènement n’augurait rien de bon. Cependant, la vie reprit son court. Les attentats, les explosions n’étaient pas choses courantes. Mais la vie avait basculée dans un individualisme forcené où chacun s’efforce de ne penser qu’à soi. Alors si les choses arrivaient au voisin, et bien tant mieux. Cette nouvelle mentalité était la cause mais aussi la conséquence de la nouvelle Société. Les gens fuyaient la pauvreté des Amériques, d’Asie et d’Europe pour trouver leur salut social, ici en Afrique. Le continent, déjà surpeuplé et qui avait trouvé son équilibre avec la transition, se retrouvait être à son tour une terre d’immigration privilégiée et unique. Une véritable bombe humaine, voilà ce qu’elle devenait. Alors la ville se réanima. De nouveau les cris des marchands sur les marchés, les klaxons des voitures…
Dans plusieurs échoppes, les radios et les téléviseurs étaient branchés sur des émissions de divertissement. Les programmes furent interrompus vers 12H15. A l’antenne, sur la chaîne du Conseil, un présentateur annonçait une nouvelle, d’abord vague puis de plus en plus précise. Il lâcha enfin ses mots : "la pire catastrophe que l’on ait connu…" Au fur et à mesure, les gens se regroupaient devant les transistors et les télés. Car les risques que ça les touche était là, bien réel.

Dans la région du Ouaddaï, anciennement le Tchad, ce que l’on considérait comme le cimetière de l’industrie pétrochimique africaine venait de prendre feu. Un brasier immense selon les reporters.

C’est ce qui a entraîné la grande vague de pollution. L’air, le vent n’a pas de frontières. Et ça tout le monde le comprit assez vite. Cet accident n’allait épargner personne. Quelques années suffirent pour que l’ensemble de la Terre fût touché. On vit des espèces animales et végétales disparaître, remplacée par des espèces mutantes. Il était désormais interdit de se baigner. L’eau devait être traitée avant consommation. Les aliments ne provenaient plus du sol. Ils étaient produits de manière synthétique. Le Conseil créa La Société du Bien-Être qui avait bien évidemment le monopole de cette production. Mais elle ne pouvait pas subvenir aux besoins de tous. Les Précieux remirent en place le rationnement, une façon de faire inspirée de lointaines tristes heures. Eux ne se souciaient pas de leur bien-être. Ils vivaient dans l’opulence. Mais plus grave que cela, cette catastrophe eut des conséquences dramatiques sur l’homme. Les hommes et les femmes devenaient stériles ou leurs enfants avaient de graves problèmes de croissance ; de nouvelles maladies firent leur apparition pour lesquelles peu de traitements existaient.

La situation était ainsi : une planète non plus bleue mais noire, noire comme la misère qui y régnait, noire comme l’esprit des êtres qui la gouvernaient et noire comme la colère qui grandissait. Un Conseil qui gouverne des morts-vivants pour qui la vie n’a plus de sens. Mais toutes bonnes choses ont une fin et les Précieux furent eux aussi touché par les symptômes de la misère. La Terre vivait en sursis. Aussi ils organisèrent une grande campagne de recrutement pour une opération spéciale : il s’agissait d’une expédition spatiale afin de trouver les solutions aux maux de la planète et pourquoi pas de trouver une nouvelle terre d’asile. Spiff en faisait parti.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spiff le Spationaute   Aujourd'hui à 6:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Spiff le Spationaute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Consortium Ogamien Uni 44/64/1 :: Espace détente :: Le Bistro public :: Role Play-
Sauter vers: